15.06.2016 | Numérique - Commission
LE DEFI DE MESURER L’AUDIENCE INTERNET.

Intervention lors de Commission Média Numérique, le 19 mai 2016.

Jacques BRAUN, directeur exécutif de Médiamétrie et vice-président d’Eurodata TV Worldwide, est intervenu à l’occasion de la réunion de la Commission Media et Numérique.


 

EXTRAITS  :

 

 

 

 » Médiamétrie est née en juin1985, suite à la privatisation d’un service public : le CEO (Centre d’études des opinions). L’objectif était de créer une société indépendante pour assurer la mesure d’audience des principaux médias, radio et télévision, dans un paysage médiatique en transformation : apparition de radios privées de la bande FM, lancement de la 5 et de la 6 puis privatisation de TF1.

L’indépendance de Médiamétrie a été garantie dès l’origine par la composition de son actionnariat, dans lequel les trois groupes professionnels (médias, annonceurs, agences) étaient présents, sans qu’aucun ne détienne la majoritéCe système est une véritable originalité française. Pour chaque Media,un comité ad hoc décide des méthodologies .

Au début des années 1990, Médiamétrie s’est étoffée du service Eurodata TV Worldwide : une véritable banque de données internationales des diffusions et des audiences des programmes de télévision, qui couvre aujourd’hui 5 500 chaînes dans plus 100 pays membres. 

La problématique permanente de Médiamétrie est de proposer la « bonne » mesure pour tousIy a donc la difficulté à se mettre d’accord sur ce que cette mesuredoit êtresur la méthode pour l’obtenir et sur les moyens de la rendre techniquement possible. Médiamétrie donne une valeur technique aux mesuresce sont ensuite les agences media qui, chacune avec sa méthode, développent des modèles autour d’elles, permettant de répondre à trois enjeux : éditorial, marketing et publicité. »

Le défi de mesurer Internet

 » Début 1999, Nielsen USA a racheté une jeune start up, Net-ratings . Et en France, Médiametrie a constitué une joint-venture. Celle-ci a lancé la mesure d’audience internet à partir d’un échantillon de 20 000 individus, qui téléchargeaient un logiciel permettant laccès aux informations de leur ordinateur privé et professionnel.

Face à la révolution numérique, Médiamétrie a du elle aussi s’adapter et proposer une réponse adéquate pour mesurer l’audience des contenus internet, sur tous supports. 

Dès 2000, nous nous sommes donc confrontés à cet enjeu : comment construire pour internet une mesure d’audience de référence comme celle de la télévision ? Internet peut-il avoir son équivalent ?

Mediametrie a aussi accompagné la mesure d’audience TV aux évolutions d’usage et technologiques : nous sommes passé du poste/foyer à l’individu, du support unique à la multiplicité des supports, d’un temps figé à l’intemporel (possibilité de replay), d’un lieu figé à la mobilité. 

En 2010, c’est la naissance de la mesure de l’Internet mobile. Médiamétrie, en association avec trois opérateurs mobiles (Orange, Bouygues, et SFR), a mis en place un système pour récupérer l’ensemble des logs. A posteriori, était alors constitué un échantillon de 10 000 individus, sous la vigilance de la CNIL, toutes les données étant anonymisées

En 2014, ce fut la création d’un panel « tablettes », de 3000 individus. 

Pour balayer l’ensemble du spectre internet, Médiamétrie s’est donc mise à gérer plusieurs échantillons différents, ce qui a nécessité un travail d’hybridationafin de rassembler les données d’origine différentesLes données du panel et les données de flux ont été traitées avec les méthodes statistiques, dites « sosies », pour in fine,  se retrouver avec une seule population. 

Ce travail sur les big data, est contrôlé et audité par le CESP (centre d’étude des supports de publicités)

Tout ce travail permet à Médiamétrie de proposer, depuis janvier 2016, la mesure d’audience ‘Internet Global’. Cette dernière permet de fournir des résultats uniques sur la consommation internet par ordinateurs, mobiles, et tablettes. À la seconde, des données éditoriales, par rubriques, sont disponibles et peuvent nourrir les analyses publicitaires et marketing. (tempspassé sur une page, nombre de fois qu’un même individu la consulte, visite sur les pages concurrentes etc…). 

Voilà quelques informations que l’on pouvait trouver ejanvier 2016dans le 1er communiqué de l’internet global 

– La couverture PC est de 82%, la couverture mobile de 68% et la couverture tablette de 45%. L’utilisation simultanée des trois a augmenté de 43% en 1 an. Et si les ventes de téléviseurs et postes d’ordinateurs fixes baissent, les ventes de Smartphones et de tablettes augmentent. 

– Le top cinq des famille de sites les plus suivis : téléphonies (Smartphones), météo, jeux, musique et sites de rencontres. 

– Sur le secteur de la vidéoYoutube arrive en tète avec 1,6 milliard de vidéos vues par mois, viennent ensuite Facebook avec 832 millions, Dailymotion avec 51 millions, MyTF1 avec 32 millions et France TV et Allocine avec 19 millions. 

– À chaque tranche d’âge son support internet : les moins de 35 ans sont essentiellement sur Smartphone(62% d’entre eux exclusivement sur Smartphones), les 35/49 ans utilisent davantage les tablettes, et les plus de 50 ans surfent davantage sur ordinateur. « 

L’IRAN PEUT-IL ÊTRE UN PARTENAIRE AU MOYEN-ORIENT ? ETRANGES ET INSOLITES ELECTIONS AMERICAINES DE 2016: ENJEUX INTERNES, INSTITUTIONNELS ET DE POLITIQUE ETRANGERE.